La fin du calvaire pour le marché de l’automobile

Baisse des ventes, restriction des crédits, suppressions de postes… le marché de l’automobile n’est pas au mieux de sa forme actuellement. Cependant, le contrecoup de l'arrêt de la prime à la casse serait désormais absorbé. Les ventes d’automobiles devraient ainsi logiquement, se stabiliser lors du dernier semestre de 2013. Certains spécialistes s’accordent même à dire que le secteur devrait connaitre un léger mieux en 2014.  S’agit-il là, de la fin du calvaire pour les acteurs du secteur de l’automobile ?

Les immatriculations de voitures neuves en France ont reculé de 9 % en juin et de 11,3 % sur les six premiers mois de 2013. Ce recul enregistré depuis le début de l’année s’explique à travers deux phénomènes distincts.

Le premier est purement conjoncturel. La croissance ralentit ce qui entraîne une baisse du pouvoir d'achat des ménages. Ces derniers privilégient ainsi l'épargne au détriment de la consommation. L'achat d'une voiture n’est plus une priorité. Cet acte est repoussé le plus tard possible par les français

Le second phénomène notable concerne le contrecoup de la prime à la casse. Système mis en place par les pouvoirs publics entre 2009 et 2010 afin de soutenir le marché automobile qui était en train de s'effondrer, la prime à la casse a permis de vendre 600 000 automobiles par an. Cependant, la plupart de ces achats étaient de l'ordre de l'anticipation. La prime à la casse a incité les consommateurs à acheter durant une période donnée et à profiter des avantages mis en place par le gouvernement. Aujourd'hui, ces consommateurs n'ont plus besoin de changer de voiture : c’est le contrecoup de ce système. Ceci explique donc les baisses de ventes de véhicules enregistrées au cours de ces dernières années. Ce contrecoup semble toutefois avoir été absorbé. Le marché devrait ainsi se stabiliser d'ici la fin de l'année avant d'observer une légère embellie pour 2014.

Côté emploi, le marché de l’automobile offre de belles opportunités de carrières dans certains domaines d’activité. Ainsi, les nouvelles exigences environnementales et l’accroissement de la partie "logiciels" dans les véhicules, poussent les acteurs du marché de l’automobile, à recruter de plus en plus d’ingénieurs spécialisés en recherche et développement ou en systèmes de communication, mais aussi des techniciens. Le domaine des services et de l’après-vente demeure, lui aussi, un secteur sur lequel les offres abondent. Si vous êtes passionné par le secteur de l’automobile et que vous possédez un profil correspondant aux postes cités précédemment, sachez que la marque allemande, BMW, a mis en ligne un espace dédié à l’emploi automobile sur lequel vous trouverez un choix important d’offres d'emploi automobile.

Tout n’est pas si noir dans le secteur automobile. Avec la stabilisation du marché et l’embellie prévue en 2014, l’automobile devrait remonter doucement la tête de l’eau dans les années à venir. De plus, les nouveaux défis du secteur pour les années à venir (produire mieux, pour moins cher, des véhicules moins polluants), devraient permettre de relancer l’emploi.